Le conseil municipal a stoppé pour un temps, les dérives autoritaires et financières du maire.

 

Jeudi 6 avril le conseil municipal a délibéré sur le projet de budget 2017.

Pour sa quatrième année de mandat, le maire a présenté pour la quatrième fois un budget incohérent qui aurait mis, s’il avait été accepté, la commune en grande difficulté. Plusieurs années et plusieurs augmentations d’impôts auraient été nécessaires avant qu’elle puisse se remettre.

Heureusement, les conseillers municipaux ont senti le danger, ils ont rejeté ce budget par 10 voix contre, 7 pour et 2 abstentions.

Les trois dernières années avaient déjà connu des budgets difficiles du fait du maire qui n’entend rien et pense qu’il est le seul à savoir quoi faire.

L’année 2014 a connu un déficit de fonctionnement de 163 445 euros.

L’année 2015 le déficit a porté sur l’investissement pour 253 281 euros et l’avertissement du Préfet au maire.

Quant à l’année 2016, le résultat de l’exercice ne permettait pas de couvrir le remboursement du capital de l’emprunt.

 Le maire a beau se féliciter dans « Le petit Boissetain » des bons résultats de sa gestion, le seul fait qu’il parle seul et refuse le débat public, y compris au conseil municipal, démontre, s’il en était besoin, qu’il n’a pas une confiance démesurée dans ses capacités. 

 Le projet de budget de l’exercice 2017 qui vient d’être rejeté aurait mis la commune en péril s’il avait été accepté.

 Déficit de fonctionnement de 268 275,53 euros

Déficit d’investissement de     302 068,11 euros

Soit au total un déficit de         570 343,64 euros

 Le conseil municipal a été bien inspiré de rejeter ce budget. S’il avait été accepté, plus aucun report des exercices antérieur n’aurait été possible et la ville risquait fortement la mise sous tutelle. La cour des comptes fera maintenant des propositions pour équilibrer le budget 2017 dans les deux mois. Il appartient maintenant au conseil municipal de trouver les conditions de l’équilibre.

Nous lui faisons confiance, il en a les moyens.

Voir ci-dessous l'article du Midi libre