Il s'en passe de belles à la mairie de Boisset et Gaujac.... 

 

Un mauvais remake de « FANTASIA CHEZ LES PLOUCS » …

 

         Mme Ferrier, l'inéffable secrétaire que M. Reverget a sauvé des griffes de la justice, en refusant de prendre un avocat pour défendre les intérêts de la commune, n'a pas tardé à se distinguer de nouveau en renouant avec ses anciennes pratiques !

         Mme Ferrier, désormais convaincue de son impunité, s'est donc permis de fouiller dans les dossiers du personnel communal (documents confidentiels rangés sous clé, qu'elle n'est pas habilitée à consulter).

         Mme Ferrier, fière de ses trouvailles, s'est empressée de faire des photocopies des dossiers personnels de ses collègues de bureau !   

         Mais....   Madame Ferrier ne s'est pas rendu compte que depuis qu'elle avait été radiée de la fonction territoriale, l'informatique avait fait de réels progrès...

       Mais...  Mme Ferrier ignorait que Son protecteur, M. Reverget, dans un délire paranoïaque, avait en effet doté le photocopieur d'un logiciel espion. qui Sous le prétexte d'économie de papier, lui permet de savoir qui photocopie (personnel et élus) et quel document est dupliqué.  

         On peut penser que l'affaire en serait restée là si, seul M. Reverget s'en était rendu compte,...  mais un membre du personnel a découvert ce vol de documents confidentiels, déclenchant la colère justifiée des espionnés !

          Quelles seront les conséquences de cet espionnage, hormis bien sûr un climat de travail délétère au sein du secrétariat ?

         Une sanction disciplinaire s'impose. A-t-elle été entamée par le maire, à l'encontre de sa protégée ?

         Avec une telle affiche, M. Reverget dans le rôle de « Directeur du Contre-Espionnage » et Mme Ferrier, incarnant une « Mata Hari des Garrigues », la commune de Boisset et Gaujac pourrait espérer, être en course pour un César !

         Le seul problème... c'est que les boissetains financent seuls, ce navet !!